Le Yukon en perspective

Le Yukon en perspective

Le Yukon célèbre l'atteinte d'une étape importante dans l'achèvement du sentier Transcanadien

Le sentier Transcanadien (STC) est fier d’annoncer le raccordement du sentier au Yukon! Après Terre-Neuve-et-Labrador et l’Île-du-Prince-Édouard, le Yukon est le troisième parmi les territoires et provinces du pays à compléter le Sentier sur son territoire.

L'atteinte de cette étape marquante a été soulignée au cours d'une cérémonie parmi le public ainsi que les partenaires, les donateurs et les bénévoles du STC de tous âges, sans lesquels rien n'aurait été possible. La cérémonie s'est déroulée dans le cadre du festival Yukon Sourdough Rendezvous à Whitehorse (Yukon), le samedi 27 février 2016. 

Nous mettons la lumière sur le sentier Transcanadien au Yukon : son historique et des gens qui ont contribué à son développement et à son entretien, ainsi que des intrépides qui ont vécu la beauté du Sentier dans cette région magnifique du Canada.

Entrevue avec un partenaire officiel yukonnais du STC: Rencontre avec Mark Daniels

En tant que président de la Klondike Snowmobile Association (KSA) – partenaire officiel du sentier Transcanadien (STC) au Yukon – Mark Daniels est bien placé pour discuter du Sentier dans cette région. Aidé par des bénévoles, il travaille à entretenir 600 kilomètres de pistes (dont près de 200 kilomètres du STC) tout au long de l’année.

Nous nous sommes entretenus avec lui pour discuter du STC, de l’histoire du Yukon et du vélo sous le soleil de minuit.

STC : Une grande partie de notre mandat est de s’assurer que les 19 000 kilomètres de notre réseau de sentiers national soient connectés d’ici 2017, soit à temps pour le 150e anniversaire de la Confédération. Après Terre-Neuve-et-Labrador et l’Île-du-Prince-Édouard, le Yukon est le troisième parmi les territoires et provinces du pays à avoir rempli son mandat. Comment se sent-on après une telle réussite?

M. D. : Eh bien, c’est une étape importante de franchie, ce qui donne tout un sentiment d’accomplissement. Nous avons procédé section par section. Notre partenariat avec le STC nous a apporté beaucoup puisqu’il a permis d’élargir notre portée et notre visibilité en tant que gardiens de réseau de sentiers polyvalents. Ça a également fait en sorte d’élever le statut des pistes récréatives dans la région.

Q : Au Yukon, qui utilise généralement le STC?

Oh, il y a de tout : du vélo de montagne, du cyclisme d’hiver, des VTT, des skieurs, des mushers (conducteurs d’attelages de chiens), des raquetteurs, des promeneurs de chien… Durant l’hiver, soit de novembre à avril, les véhicules à roues sont interdits [les motoneiges sont permises puisqu’elles n’en ont pas]. Nous travaillons souvent en partenariat avec le club de ski de fond : nous séparons les sentiers en deux afin de les partager. Nous avons un bon esprit de collaboration.

Q : Parlez-nous de l’histoire du Sentier au Yukon.

La Copper Haul Road est la principale artère du STC dans le secteur de Whitehorse. Lorsqu’elle a été construite en 1909, c’était initialement un embranchement entre deux lignes de chemin de fer, la White Pass et la Yukon Route, qui menait aux mines de cuivre. Ces gisements avaient été découverts en 1897 par des prospecteurs, de passage pour la ruée vers l’or du Klondike. Lorsque le chemin de fer a été abandonné, l’ancienne voie a été convertie en route industrielle en gravier pour maintenir l’accès aux sites miniers restants. À la fermeture de la dernière mine, la route a été recyclée; cette fois, elle est devenue un sentier récréatif à usages multiples.

L’autre tronçon principal du Sentier dans la région, la Dawson Overland Trail, était anciennement utilisé comme voie postale l’hiver lorsque la rivière était gelée – ce qui empêchait les embarcations de la traverser pour approvisionner la ville de Dawson durant la ruée vers l’or.

Q : Quel tronçon du Sentier préférez-vous sur le territoire?

Je dirais la Copper Haul Road, qui est très accessible puisqu’elle est en ville. C’est là que j’ai appris à mes enfants comment skier. Beaucoup de gens l’utilisent. C’est l’artère principale du réseau de sentiers dans ce secteur. On peut sortir de la maison, prendre une piste secondaire puis l’emprunter pour se rendre jusqu’au centre-ville. Ce qu’on aime le plus avec les sentiers l’été, c’est de pouvoir se promener à vélo ou en canot à une heure du matin : avec le soleil de minuit, il ne fait jamais vraiment noir. En été, on ne dort pas beaucoup!

Mark Daniels et ses enfants qui profitent d'un tour printanier à motoneige sur le STC dans la région du Lac Mary, vers le sud de Whitehorse. Photo: Nita Daniels.

Q : En quoi consiste l’entretien des sentiers? 

En poussant, les saules et les aulnes (arbres et arbustes de la famille du bouleau) envahissent les sentiers. Il faut donc se promener en VTT et les tailler avec une tronçonneuse. Aussi, nous enlevons les arbres morts et les débris qui tombent sur la voie dans les endroits boisés. Les terres basses et humides doivent également être surveillées. Généralement, nous engageons un entrepreneur ou nous travaillons avec la ville ou le gouvernement du territoire pour remplir les trous. Quand nous raccordons des sentiers, il faut parfois élargir la piste ou aménager des traverses pour les cours d’eau.

L’hiver, nous utilisons des motoneiges pour tasser la neige sur les sentiers. Mes enfants m’ont déjà aidé à nettoyer des pistes, mais la majorité de l’entretien est effectué par un retraité bénévole, Harris Cox, qui fait de 6 à 12 heures par sortie.

Q : Quels sont les défis à relever pour cet entretien?

Nous installons des panneaux avec des informations directionnelles et culturelles, mais ils disparaissent souvent; il y a donc ça. Sinon, notre principal défi, c’est le manque de financement de base. Nous devons demander des subventions de façon ponctuelle, selon les projets. Notre entente de services avec le STC aide beaucoup.

Q : Qu’est-ce qui vous rend le plus enthousiaste?

Il y a toujours une fête ou quelque chose qui se passe. Par exemple, le festival Sourdough Rendezvous arrive à grands pas. (http://www.yukonrendezvous.com/) Il y aura des danseurs de cancan et des gens costumés comme au temps de la ruée vers l’or. Aussi, il y aura des compétitions amicales, comme le lancer de la hache, celui de la tronçonneuse ou encore une course où il faut transporter un sac de farine sur son dos. Il y aura même une descente en canot sur une montagne de neige – course commanditée par le STC! J’ai hâte de voir ça.

***

 

Mon aventure canadienne sur le sentier Transcanadien : Destination le Yukon!

« Selon l'heure, les monts Ogilvie sont roses, crème, beiges et même bleus », se souvient Annika Wichter lorsqu'elle découvrait à vélo le panorama dans lequel se trouve le sentier Transcanadien au Yukon. « C'est à couper le souffle, car à bicyclette on a vraiment le temps d'apprécier les couleurs. »

Annika et Robert Gallegos, son fiancé, avaient entamé leur tour du monde à vélo depuis quatre ans quand ils ont emprunté, en juillet 2015, la route Dempster qui fait partie du sentier Transcanadien. En effectuant ce tour du monde, Annika et Robert souhaitent favoriser la compréhension interculturelle et raconter leurs aventures dans leur blogue intitulé Tasting Travels (en anglais).

 

Annika et Roberto prenant une pause lors de leur périple sur le Dempster Highway,
une section du sentier Transcanadien au Yukon. Photo: Roberto Gallegos et Annika Wichter

« Nous adorons les livres de Jack London, si bien que nous avons été emballés à l'idée de découvrir le Yukon », a déclaré Roberto, un Mexicain de 32 ans qui a fermé son studio de création de Guadalajara pour effectuer ce voyage à bicyclette. 

Annika, elle, a grandi près de Hambourg, en Allemagne. Étant jeune, elle passait ses journées à lire le fameux aventurier Loesch Schimanek qui a écrit des livres sur le Yukon et les Territoires du Nord-Ouest devenus des classiques en Europe.

« J'étais accrochée, si bien que j'ai lu tout ce que je pouvais trouver sur Dawson, sur les cocktails Sourtoe (en anglais), sur le lavage de l’or à la batée (en anglais), sur tout », a ajouté Annika, une jeune femme de 29 ans qui venait de terminer des études sur les cultures et la condition féminine lorsqu'elle a rencontré Roberto.

Le sentier Transcanadien au pays du soleil de minuit

D'après Roberto, devenu un fervent admirateur du parc national Tombstone, « c'est impressionnant de pouvoir rouler jusqu'à une heure du matin, si on le souhaite, puisque le soleil ne se couche pas. Ça donne du temps et de l'énergie. On peut donc faire de longues pauses sans se soucier de la nuit. »

Pour Annika et Roberto, le sentier Transcanadien a joué un rôle de premier plan dans leur périple au Yukon.

« C'est impossible de se perdre et puis le sentier est si bien entretenu que nous n'avions pas l'impression d'être au bout du monde », a constaté Roberto.

Annika et Roberto sur le Dempster Highway au Yukon. Photo: Roberto Gallegos et Annika Wichter

Faites passer le beurre d'arachide

En plus de découvrir la faune et la flore locales — la taïga, la toundra, l'épilobe rose, l'épinette noire, l'orignal, le porc-épic, l'aigle à tête blanche et la belette —, ils ont rencontré de sympathiques cyclistes, de gentils campeurs et des gens du cru fort chaleureux.

« Les habitants du Yukon se sont montés très accueillants et ils voulaient tout savoir sur nos projets de randonnée à vélo », a déclaré Roberto. « À Dawson, une femme nous a invités à prendre le petit-déjeuner et deux filles nous ont hébergés. »

Annika a été impressionnée par l'esprit de camaraderie des personnes croisées sur le Sentier : « Nous avons rencontré Martine, de Québec, qui nous a accompagnés pendant plusieurs jours, et Emily, de l'Alberta, une ornithologue amatrice qui remontait la route Dempster dans un vieux Volkwagen Scirocco. Par la suite, nous avons croisé Justin, le shérif, et Laura, la pompière, qui, eux, voyageaient à moto. En mangeant autour d'un feu en bonne compagnie, nous avons passé d'agréables soirées dans notre abri. Nous nous sommes partagés des biscuits avec du beurre d'arachide. »

Les rencontres qu'il a faites ont permis à Roberto d'en arriver à la conclusion suivante :

« Les Canadiens ont tendance à se voir avec ironie comme des gens très chaleureux qui s'excusent trop souvent. Eh bien, c'est vrai! Je trouve qu'ils ont de l'empathie et s'efforcent toujours d'aider les autres. »

***

Un canadien extraordinaire fait du chemin pour sa collectivité 

Pour le bénévole et utilisateur du STC Harris Cox, entretenir les sentiers de motoneige à Whitehorse et dans les environs, chaque hiver, est une manière de prendre soin de sa collectivité. 

Harris a quitté la Nouvelle Écosse lorsque son père a été transféré dans les environs de Whitehorse en 1958, en raison de son travail avec l'Aviation royale canadienne. Harris est depuis devenu un Yukonnais passionné. « J’appelle le Yukon mon arrière-cour, explique Harris à propos du territoire, où se trouve le sentier Whitehorse Copper, une section du STC destinée aux motoneigistes, skieurs et adeptes du traîneau à chiens l’hiver, et aux randonneurs et cyclistes l’été.

Le Sentier est polyvalent; on peut y faire de la marche, du ski, du jogging... J’y vois également des parents avec leur poussette. Tout le monde y trouve quelque chose à apprécier! », s’extasie-t-il. 


Bénévole du STC Harris Cox sur le sentier Copper de Whitehorse, au Yukon. Photo : Claire Sanford.

Harris s’occupe de près de 200 km du STC chaque hiver, et veille à dégager la voie de la neige et de la glace à l’aide d’une dameuse fixée à sa motoneige. 
En ce pays du soleil de minuit, la lumière hivernale peut durer aussi peu que 6,5 heures, et les températures peuvent chuter jusqu’à -37 °C, mais cela n’est pas suffisant pour réfréner l’enthousiasme d’Harris : « J’aime entretenir le Sentier l’hiver, et je vais le faire jusqu’à ce que je ne puisse plus conduire. C’est parfois un peu froid, mais je n’ai pas à me plaindre.»Harris s’occupe de près de 200 km du STC chaque hiver, et veille à dégager la voie de la neige et de la glace à l’aide d’une dameuse fixée à sa motoneige. 

En ce pays du soleil de minuit, la lumière hivernale peut durer aussi peu que 6,5 heures, et les températures peuvent chuter jusqu’à -37 °C, mais cela n’est pas suffisant pour réfréner l’enthousiasme d’Harris : « J’aime entretenir le Sentier l’hiver, et je vais le faire jusqu’à ce que je ne puisse plus conduire. C’est parfois un peu froid, mais je n’ai pas à me plaindre.»

***

Capsule et causeries!

Vous vous demandez quoi porter pour vous protéger du froid lors de votre prochaine aventure dans les territoires du Nord canadien? Le Yukonnais Frank Turner, musher légendaire qui participe depuis 24 ans à la Yukon Quest, une course internationale annuelle de chiens de traîneau de plus de 1 600 km entre le Yukon et l’Alaska, livre ses secrets dans le bulletin Échos du sentier :

 

  • Le confort et la sécurité sont des critères essentiels. Choisissez des vêtements fonctionnels, pas nécessairement à la mode. Soyez autosuffisant.

  • L’important est de superposer les couches de vêtements. Concentrez-vous sur ce qui couvre votre peau, puis ajoutez-y d’autres couches de vêtements. Frank préfère une laine épaisse, la laine mérinos (600 – 800 grammes). Mais comme ce choix peut être coûteux, il recommande d’y ajouter deux ou trois couches de vêtements de laine d’alpaga, de pure laine ou de fibres naturelles, qui conservent leur valeur d’isolation thermique, même humides.

  • Dès que vous commencez à transpirer, enlevez une couche et aérez-la, surtout durant la montée. Maintenez le corps au frais, sans pour autant avoir froid. Restez toujours au sec. 

  • Portez des vêtements amples pour favoriser la circulation constante de l’air et la mobilité.

  • Choisissez des pantalons faits d’un tissu extérieur résistant et dotés de rebords protecteurs qui empêchent l’adhésion de la glace. Portez des pantalons à plastron (en duvet ou en tissu synthétique) qui ont plusieurs poches pour y ranger vos effets. Les femmes ont besoin de pantalons à plastron dont l’arrière s’ouvre avec une fermeture éclair. Les hommes peuvent trouver utiles ceux qui ont une fermeture éclair à l’avant pour se maintenir au sec. 

  • Les pieds chauds = le bonheur! Les chaussettes de laine (idéalement en laine mérinos épaisse) et les doublures sont des incontournables. Frank adore porter les chaussettes Woolpower de Suède. Outre les couches de chaussettes que vous portez, assurez-vous d’avoir toujours une paire de chaussettes sèches de rechange. 

  • Vos pieds ne doivent pas être serrés dans les bottes. Frank préfère la marque Extreme Cold Vapor Barrier Boots (Bunny boots), utilisée par les forces armées américaines.

  • Assurez-vous d’avoir un bon chapeau qui couvre entièrement les oreilles et l’arrière du cou.

Frank a-t-il dit son dernier mot? « Ayez toujours de l’eau avec vous et faites de votre mieux pour prendre les bonnes décisions, au bon moment. » 


Frank Turner. Photo : Robin Esrock.

 

 

 

 

Saviez-vous? Cinq questions sur le Yukon

D'où vient le nom Whitehorse?
Whitehorse, la capitale du Yukon, tire son nom des rapides de la rivière Yukon qui, dit-on, ressemblaient à crinière de chevaux blancs au galop. 

Que signifie le terme « Sourdough » et à quoi fait-il référence?
Durant la Ruée vers l'or, le pain au levain (sourdough) était un aliment essentiel à la survie des chercheurs d'or, qui devaient affronter des conditions extrêmement difficiles. Le levain était omniprésent. Au Yukon et en Alaska, le terme « sourdough » a petit à petit été utilisé pour désigner les personnes ayant passé un hiver entier au nord du cercle polaire, parce que ces personnes avaient l'habitude de protéger leur levain contre le froid en le gardant près de leur corps. Voilà pourquoi on parle aujourd'hui du festival Yukon Sourdough Rendezvous! 

Pourquoi le Yukon est-il aussi appelé le pays du soleil de minuit?
Parce que le Yukon se trouve au nord du cercle polaire arctique, si bien que le soleil peut se trouver au-dessus ou au-dessous de l'horizon pendant 24 heures. Autrement dit, au Yukon, le soleil ne se couche pas le jour du solstice d'été (en juin) et, à l'inverse, il ne se lève pas durant le solstice d'hiver, de sorte que les Yukonnais se retrouvent 24 h dans l'obscurité, car le soleil reste sous l'horizon toute la journée. 

Seriez-vous capable d'avaler un cocktail Sourtoe?Comme son nom l'indique, le cocktail Sourtoe se présente sous la forme d'un verre d'alcool dans lequel on a mis un vrai orteil déshydraté et conservé dans le sel.

Selon la légende, le capitaine Dick Stevenson, un habitant du Yukon, aurait un jour trouvé un orteil conservé dans un bocal d'alcool alors qu'il faisait le ménage d'une cabane. Il aurait laissé tomber l'orteil dans un verre de Champagne, puis bu jusqu'à ce qu'il arrive à ses lèvres. Il s'est ensuite mis à servir ce cocktail baptisé Sourtoe au bar de l'hôtel Eldorado, non loin de chez lui. De nos jours, on continue à servir le cocktail Sourtoe dans certains bars de Dawson.

Nommez la plus haute montagne du Yukon
Situé dans le parc national Kluane et culminant à 5 959 m (19 551 pi), le mont Logan est la plus haute montagne du Canada. Il arrive deuxième au palmarès des plus hautes montagnes de l'Amérique du Nord (derrière le mont Denali en Alaska).

 

D'où vient le nom Whitehorse?
Whitehorse, la capitale du Yukon, tire son nom des rapides de la rivière Yukon qui, dit-on, ressemblaient à crinière de chevaux blancs au galop. 
Que signifie le terme « Sourdough » et à quoi fait-il référence?
Durant la Ruée vers l'or, le pain au levain (sourdough) était un aliment essentiel à la survie des chercheurs d'or, qui devaient affronter des conditions extrêmement difficiles. Le levain était omniprésent. Au Yukon et en Alaska, le terme « sourdough » a petit à petit été utilisé pour désigner les personnes ayant passé un hiver entier au nord du cercle polaire, parce que ces personnes avaient l'habitude de protéger leur levain contre le froid en le gardant près de leur corps. Voilà pourquoi on parle aujourd'hui du festival Yukon Sourdough Rendezvous! 
Pourquoi le Yukon est-il aussi appelé le pays du soleil de minuit?
Parce que le Yukon se trouve au nord du cercle polaire arctique, si bien que le soleil peut se trouver au-dessus ou au-dessous de l'horizon pendant 24 heures. Autrement dit, au Yukon, le soleil ne se couche pas le jour du solstice d'été (en juin) et, à l'inverse, il ne se lève pas durant le solstice d'hiver, de sorte que les Yukonnais se retrouvent 24 h dans l'obscurité, car le soleil reste sous l'horizon toute la journée. 
Seriez-vous capable d'avaler un cocktail Sourtoe?
Comme son nom l'indique, le cocktail Sourtoe se présente sous la forme d'un verre d'alcool dans lequel on a mis un vrai orteil déshydraté et conservé dans le sel.
Selon la légende, le capitaine Dick Stevenson, un habitant du Yukon, aurait un jour trouvé un orteil conservé dans un bocal d'alcool alors qu'il faisait le ménage d'une cabane. Il aurait laissé tomber l'orteil dans un verre de Champagne, puis bu jusqu'à ce qu'il arrive à ses lèvres. Il s'est ensuite mis à servir ce cocktail baptisé Sourtoe au bar de l'hôtel Eldorado, non loin de chez lui. De nos jours, on continue à servir le cocktail Sourtoe dans certains bars de Dawson.
Nommez la plus haute montagne du Yukon
Situé dans le parc national Kluane et culminant à 5 959 m (19 551 pi), le mont Logan est la plus haute montagne du Canada. Il arrive deuxième au palmarès des plus hautes montagnes de l'Amérique du Nord (derrière le mont Denali en Alaska)D'où vient le nom Whitehorse?
Whitehorse, la capitale du Yukon, tire son nom des rapides de la rivière Yukon qui, dit-on, ressemblaient à crinière de chevaux blancs au galop. 
Que signifie le terme « Sourdough » et à quoi fait-il référence?
Durant la Ruée vers l'or, le pain au levain (sourdough) était un aliment essentiel à la survie des chercheurs d'or, qui devaient affronter des conditions extrêmement difficiles. Le levain était omniprésent. Au Yukon et en Alaska, le terme « sourdough » a petit à petit été utilisé pour désigner les personnes ayant passé un hiver entier au nord du cercle polaire, parce que ces personnes avaient l'habitude de protéger leur levain contre le froid en le gardant près de leur corps. Voilà pourquoi on parle aujourd'hui du festival Yukon Sourdough Rendezvous! 
Pourquoi le Yukon est-il aussi appelé le pays du soleil de minuit?
Parce que le Yukon se trouve au nord du cercle polaire arctique, si bien que le soleil peut se trouver au-dessus ou au-dessous de l'horizon pendant 24 heures. Autrement dit, au Yukon, le soleil ne se couche pas le jour du solstice d'été (en juin) et, à l'inverse, il ne se lève pas durant le solstice d'hiver, de sorte que les Yukonnais se retrouvent 24 h dans l'obscurité, car le soleil reste sous l'horizon toute la journée. 
Seriez-vous capable d'avaler un cocktail Sourtoe?
Comme son nom l'indique, le cocktail Sourtoe se présente sous la forme d'un verre d'alcool dans lequel on a mis un vrai orteil déshydraté et conservé dans le sel.
Selon la légende, le capitaine Dick Stevenson, un habitant du Yukon, aurait un jour trouvé un orteil conservé dans un bocal d'alcool alors qu'il faisait le ménage d'une cabane. Il aurait laissé tomber l'orteil dans un verre de Champagne, puis bu jusqu'à ce qu'il arrive à ses lèvres. Il s'est ensuite mis à servir ce cocktail baptisé Sourtoe au bar de l'hôtel Eldorado, non loin de chez lui. De nos jours, on continue à servir le cocktail Sourtoe dans certains bars de Dawson.
Nommez la plus haute montagne du Yukon
Situé dans le parc national Kluane et culminant à 5 959 m (19 551 pi), le mont Logan est la plus haute montagne du Canada. Il arrive deuxième au palmarès des plus hautes montagnes de l'Amérique du Nord (derrière le mont Denali en Alaska).

Le saviez-vous ?

Le Sentier est situé à 30 minutes du domicile de plus de 80 % des Canadiens, et il traverse ou borde près de 1 000 collectivités.

Le saviez-vous ?

Le gouvernement du Canada a octroyé plus de 35 millions de dollars, dont 10 millions de dollars de Parcs Canada en octobre 2010.

Photos du Sentier


Photo de : Tim Hoskin
Fundy Trail