03 juin, 2021

À la mémoire de John Bellini

John Bellini, tout premier président et chef de la direction de Sentier Transcanadien (Montréal, 2001)

John Bellini, tout premier président et chef de la direction de Sentier Transcanadien (Montréal, 2001)

C’est avec grande tristesse que nous avons appris le récent décès de John Bellini, tout premier président et chef de la direction de Sentier Transcanadien.

Tout au long de son mandat, de 1992 à 2006, John a joué un rôle prépondérant dans le développement de notre sentier national. Il a été la force motrice qui a mené le Sentier Transcanadien au raccordement de ses premiers 18 000 kilomètres.

Dans une entrevue pour la revue des diplômés de l’Université McGill en septembre 2000*, John a exprimé avec fierté que «Le Sentier Transcanadien forgera un lien avec les trois océans du pays. C’est un symbole fort. C’est aussi important que l’ouverture du chemin de fer national; nous avons ouvert le Canada à l’usage récréatif.».

John était gentil, généreux et drôle, et il adorait s’amuser. Malgré les défis qu’il a rencontrés au début du projet visionnaire de raccorder notre pays par un sentier national, il est demeuré une influente figure de calme et a toujours cherché à résoudre les problèmes de façon créative à mesure qu’ils faisaient surface.

À ses débuts, l’organisme n’avait pas de bureau qui lui était propre. John a donc offert, en toute générosité, que les opérations soient menées à partir de chez lui. C’est donc là que Sentier Transcanadien a débuté – au grenier de sa résidence personnelle de Montréal-Ouest. En 1995, STC avait grandi et possédait désormais un espace de bureau, mais les convictions de John dans cette vision n’ont jamais été oubliées depuis.

«Le Sentier m’a offert l’opportunité de mettre mon expérience et mes compétences au service d’un projet qui, à mon sens, allait faire du Canada un endroit meilleur pour nousainsi que pour les générations futures.» *(Sept. 2000) 

 

Ceux qui l’ont connu le décrivent comme infatigable, dynamique, amical, enthousiaste et dévoué. Au cours des premières années, John a parcouru le pays pour cogner aux portes des parlementaires, des membres de l’assemblée législative, des ministres et des maires, et pour assister aux réunions des hôtels de ville et aux rassemblements des groupes de sentiers afin de rencontrer les fonctionnaires et quiconque pouvant montrer un intérêt pour la vision d’un sentier national.

Son aisance à établir des relations efficaces avec des organismes de sentiers locaux, des donateurs, des élus, des commanditaires et des corporations était bien connue, et il a bâti des bases solides pour l’organisme, aidant à faire en sorte que le projet avance à grande vitesse. Qu’il s’agisse d’obtenir des topos dans les revues et les journaux, ou une couverture télé diffusée à l’échelle du pays, John excellait à partager son enthousiasme et sa confiance en ce que STC pouvait accomplir.

Plus de 85 000 donateurs et de multiples commanditaires corporatifs se sont entendus avec lui pour offrir un total de 8 millions $ en dons qui ont aidé à faire de la vision d’un sentier qui traverserait le pays une réalité.

Il croyait fermement que les Canadiens bâtissaient le Sentier Transcanadien les uns pour les autres: «La construction du Sentier a dû se faire à partir de zéro, disait-il. C’est le Sentier qui sert la communauté, et non l’inverse. Il doit être à l’image de ce que les gens d’une communauté souhaitent qu’il soit, et il doit faire partie de leur vie. Au bout du compte, ça doit être leur sentier.»*.

Les Canadiens d’un océan aux deux autres, ainsi que les visiteurs de notre pays, sont ceux qui bénéficient de la passion et du dévouement qu’il a investis dans la création du Sentier Transcanadien.

Nous nous souviendrons de John avec affection, respect et admiration.

Nous offrons nos plus sincères condoléances aux membres de sa famille, à ses amis, et à tous ceux qui l’ont connu.

 

McGill News Alumni MagazineSeptembre, 2000 

Merci